Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est la troisième recette sucrée depuis le début de la semaine, mais, c'est pour la bonne cause puisque c'est Clairchen qui le souhaite!

Notre adorable "Marmite d'un p'tit point" nous demande de faire un retour dans notre enfance. Elle qui est si jeune est déjà nostalgique… Pour moi, ces souvenirs commencent à remonter assez loin et le choix est difficile car les bonnes choses que j'ai mangées dans mon enfance sont légion.

On avait le goût des bons produits dans la famille, que ce soit chez mon grand père parisien ou mes grands parents savoyards.

Quant à maman, n'en parlons pas. C'était une cuisinière hors pair qui nous régalait chaque jour.

Ma grand mère faisait des salades de tomates inouïes. Tout venait du jardin, les tomates juteuses et un peu tièdes de la chaleur du soleil, les herbes toutes fraîches ajoutées à profusion dans la vinaigrette qui devenait toute verte et épaisse tellement il y en avait, l'œuf à peine dur écrasé et puis, cerise sur le gâteau, le coup de main quand elle se servait du hachoir me fascinait.
Son gâteau de foies de volaille, recette des Dombes, ses ris de veau aux écrevisses, son civet de lapin… je les trouvais pourtant adorables, les lapins dans les clapiers, mais dans l'assiette avec les pâtes fraîches qu'elle faisait elle-même, c'était grandiose!

Maman, elle, faisait une cuisine, plus citadine, assez bourgeoise. J'ai le souvenir d'un vol au vent extraordinaire! Mais il y avait aussi, déjà, le foie gras frais, qu'elle préparait et des tartelettes au fromage aussi bonnes que celles que j'ai pu manger par la suite en Suisse. Sa tarte aux pommes était à tomber, tout comme le diplomate… mais il y avait un gâteau présenté sous forme de cake que j'appréciais tout particulièrement.
Pour refaire cette recette qui est en quelque sorte ma madeleine de Proust, j'ai supprimé le sucre car je suis certaine que, maintenant, dans sa version originale, je la trouverais trop sucré.
J'ai aussi acheté mes macarons nature chez le pâtissier mais en utilisant des macarons de St Emilion ou des amaretti maison, ce sera parfait.

Je aussi fait 2 présentations, en cake, comme le faisait ma mère et en individuel, il va sans dire que maintenant, pour du service à l'assiette, je préfère réellement la seconde présentation.
Ce gâteau ressemble beaucoup pour l'aspect à un autre gâteau que j'avais fait l'an passé. Mais, s'ils se ressemblent, leurs goûts sont très, très différents.

SEMI-FREDDO AUX DEUX CHOCOLAT ET AUX MACARONS

SEMI_FRDDO2

Pour une terrine de petite taille et 4 gâteaux individuels:
Facile si on maîtrise la chantilly maison
20 à 25 mn + temps de repos au congélateur

36 cl de crème liquide (crème fraîche fleurette, très facile à monter en chantilly)
150 g de chocolat noir cassé en morceaux ou en pistoles + 1 feuille de gélatine ramollie
175 g de chocolat au lait cassé en morceaux ou en pistoles + 1 feuille de gélatine ramollie
200 g de macarons nature (je les ai acheté tout faits) + 1 feuille de gélatine ramollie
2 càs de lait

Faire fondre séparément les 2 sortes de chocolats et pendant que le chocolat est encore chaud, ajouter une feuille de gélatine ramollie dans chaque appareil fondu. Réserver.
Mixer les macarons assez grossièrement.
Monter la totalité de la crème en chantilly, et lorsqu'elle est bien ferme, diviser la masse en 3 parts égales. Incorporer délicatement le chocolat noir au 1er tiers et réserver. Procéder de la même façon avec le chocolat au lait et le 2ème tiers de crème. Réserver aussi.
Chauffer les 2 càs de lait pour y dissoudre la 3 ème feuille de gélatine. Incorporer la avec la poudre de macarons dans le 3 ème tiers de crème Réserver.
Dans le moule à cake ou les moules individuels chemisés de rhodoïd ou de film alimentaire, poser d'abord une couche de chocolat noir et lisser à la spatule ou avec le dos d'une cuillère. Faire de même avec l'appareil au lait et terminer avec celui au macaron.

Réserver le cake ou les gâteaux plusieurs heures au congélateur mais penser à les sortir ½ heure avant la dégustation. Ce passage au congélateur permet d'appeler ce desert un semi freddo comme ne manquait jamais de le faire ma mère, peut-être que ce dessert était dans la famile de mes ancêtres italiens?

J'ai décoré les petits gâteaux individuels avec des perles de chocolat de chez Valrhona, elles sont jolies mais n'apportent pas grand chose du point de vue gustatif… une petite sommité de menthe aurait aussi été jolie, à condition de ne pas la manger pour préserver le goût des chocolats et du macaron.

SEMI_FREDDO

Version moule à cake.

imprimer_la_recetteImprimer la recette

D'autres gâteaux au chocolat? En voilà un avec de l'orange, et puis un autre avec du gingembre et aussi celui de Pierre Hermé customisé par mes soins pour les enfants.

technorati tags:

Dessert