Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Par quel bout de ma croisère commencer ?

Je ne vais pas aujourd’hui vous parler du bateau mais j’y reviendrai car il y a, malgré mon 1er bilan, encore plein de choses à dire !

Je vous ai déjà dit quelques petites choses sur Barcelone (il y aura d’autres détails récapitulatifs avec quelques adresses) et sur Agrigente mais aujourd’hui, je vais vous emmener à Naples.

Pas de balade  sur la côte Almafitaine (prévue dans les excursions organisées), car nous avions préféré aller jusqu’à Naples.

En quittant le port de Sorrente, nous avons pris un bus jusqu’à la gare centrale et après avoir hésité entre bus et train, nous avons « aterri » dans un bus direct un peu cassé (le dossier du siège devant moi me tombais sur les genoux !) mais plutôt rapide.

Crédit Photo Internet

Crédit Photo Internet

Et là, à la descente du bus, le 1er choc.

Naples grouille de monde et, désolée Nicolas, c’est un cliché, mais, quelle crasse! Je n’ose pas ire tout ce que j’ai pu voir sur le sol, vous arrêteriez immédiatement de me lire.

Le 2ème choc a été quand un voleur en scooter a essayé de me voler ma chaîne de cou à l’arrache, il a manqué de me faire tomber mais, il a aussi raté son coup!

J'avais entendu dire que ce genre de vol est un sport napolitain bien connu, mais, je sais  aussi que nous ne sommes pas forcément mieux lotis à Paris et même à Bourges parfois.

Entre ces 2 chocs, la balade a quand même présenté certains charmes.

Nous n’avions rien préparé (honte à nous!), nous sous sommes perdus dans les ruelles au milieu d’un brouhaha assez étonnant.

Munis d’un plan acheté chez un charmant libraire,  nous nous sommes dirigés vers la Chapelle Sansevero (l’entrée à 7€ est un peu vraiment chère) où il était interdit de photographier mais où nous en avons pris plein les yeux devant un Christ en marbre très inhabituel.

 

Naples, Napoli, une balade entre horreur et plaisir
Naples, Napoli, une balade entre horreur et plaisir

Enveloppé dans un linceul, ce Christ dégage une émotion intense même pour la non-croyante que je suis!

Quelques fresques plus tard, nous étions repris par la saleté et avons continué notre balade au fil de nos pas en direction de la Cathédrale rencontrant quelques images insolites comme cette enseigne d’une pizzeria recommandée par Alba Pezone.

Naples, Napoli, une balade entre horreur et plaisir

Il était trop tôt pour déjeuner, la pizzeria était fermée, nous avons passé notre chemin (et nous avons eu tort)!

Parmi les adresses que l’on m’avait suggéré sur Facebook aucune autre ne s’est encore trouvée sur notre passage mais, monsieur mamina avait repéré un truc de ouf, célèbre en diable, où on fait la queue dehors avec un numéro (comme au guichet SNCF ou presque!) avant qu’on nous appelle.

 

Il y avait foule devant et on a attendu assez trop longtemps. 

Eh bien, si vous voulez tout savoir, l’endroit est moche, vous buvez dans des gobelets en plastique dignes des pique-nique des années 70 et en plus, ce n’est pas bon !

La pizza est détrempée et sans intérêt. Voilà le genre d’adresse dont la réputation est totalement usurpée.

Voilà une adresse (Antica Pizzeria da Michele, via Cesare Sersale qui vaut un large détour).

 

En nous dirigeant vers cette pizzeria, nous avons fait un arrêt à la Cathédrale San Gennaro et comme toujours j’ai craqué pour certains détails…

Naples, Napoli, une balade entre horreur et plaisir
Naples, Napoli, une balade entre horreur et plaisir
Naples, Napoli, une balade entre horreur et plaisir

Mais chemin faisant nous avons encore vu des choses rigolotes, comme ce modèle de poussette de compet' un peu spécial

Naples, Napoli, une balade entre horreur et plaisir

... peut-être une mode à développer? C'est ce qu'on appelle du recyclage!

Nous avons encore arpenté des ruelles, toujours entre ombre et soleil éblouissant...

Naples, Napoli, une balade entre horreur et plaisir
Naples, Napoli, une balade entre horreur et plaisir
Naples, Napoli, une balade entre horreur et plaisir

Et si nous commencions à avoir bien chaud, les pieds un peu fatigués, nous avons encore marché jusqu'à la gare après avoir vu un napolitain pur jus lisant le journal... lui aussi, entre ombre et soleil un peu isolé sur une placette, loin des bruits de la ville. Au dessus de sa tête ou presque, du linge brodé séchant .

Naples, Napoli, une balade entre horreur et plaisir
Naples, Napoli, une balade entre horreur et plaisir

Je ne connaissais pas Naples, j'ai découvert une ville qui m'a à la fois séduite et rebutée. Il faudra peut-être que j'y revienne avec un guide averti.

Balade Naples