Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mardi dernier, presque  tout de suite après mon retour de Soissons, j'ai fait un petit aller et retour à Paris pour aller faire un déjeuner d'exception.

Un déjeuner chez Alain Senderens, un nom qui sonne bien à mon oreille... rendez-vous donc,  Place de la Madeline, là... dans cet endroit historique qui il y a peu s'appelait Lucas Carton.

 

images-copie-9.jpeg

Image crédit Internet

 

Lorsque j'ai reçu l'invitation du SYNALAF, je ne pouvais pas refuser, vous imaginez bien!

Alain Senderens, ce chef mythique mettant son talent  et son savoir-faire au service de la volaille Label Rouge dans l'esprit des fêtes de fin d'année...

Monsieur Senderens n'est pas un jeune homme mais sa cuisine a toujours su évoluer au fil des années et c'est pour ça qu'il a rendu ses trois étoiles en 2005 pour se sentir libre.

 

images-1-copie-2.jpeg

Image crédit Internet

 

 

Et, mardi dernier, en toute liberté, comme les volailles Label Rouge, il nous a  préparé du chapon de pintade en lui donnant de vrais airs de fête.

Le chapon de pintade fait parti de ces volailles que l'on trouve facilement à la découpe et qui sont élevées ( en liberté comme là) spécialement pour les fêtes de fin d'année pour notre plus grand plaisir.

 

Au menu nous avons eu pour commencer une royale de foie de pintade avec une sauce homardine.

Une pure merveille pour nos papilles.

 

MARINA-2.jpg

 

Image crédit Marina de Parmesan et paprika

 

Le fond crémeux qu'on aurait pu confondre avec du foie gras accompagné de sa sauce aérienne au bon goût de crustacé était servie, comme vous pouvez le voir, non en verrine mais dans une assiette creuse calotte.

L'idée germe dans mon esprit pour "bidouiller" un plagiat... à moins que je ne téléphone tout simplement au Chef pour lui demander.

C'était une entrée en matière qui présageait bien de la suite du déjeuner.

 

Cette dernière a donc été à la hauteur de ce que nous attendions avec une galantine de suprême de pintade au foie gras et un condiment citron très intrigant.

Quoi de plus classique qu'une galantine, ce mets de choix faisait partie des entrées des fêtes il y a quelques décennies avec les Lucullus.

Eh bien là, tout est bousculé par une petite quenelle très blanche un peu sucrée et  citronnée qui m'a étonnée par sa modernité.

 

EMILIE

Image crédit Emilie Griottes

 

Quelques lamelles de champignons crus apportaient fraîcheur et  légèreté et de très fines tranches de pain toasté, elles complétaient le tout avec du croquant.

 

Nous avons continué avec des suprêmes de pintade au thé matcha à la cuisson parfaite. Comme on nous a fait part du sucret de cette cuisson, je vais très vite faire un essai qui pourra vous servir pour le prochain Noël, à moins que ce ne soit pour le jour de l'an!

 

VOLAILLE-2.jpg

 

Le dessert n'était pas à la volaille vous vous en doutez mais à la vanille. C'était ce magnifique millefeuille à la vanille de Tahiti...

 

VOLAILLE 3

 

J'avoue que le feuilleté caramélisé m'a bluffée.

 

Je suis ressortie de chez Senderens pour retourner prendre mon train en pensant à la volaille que j'allais servir à ma petite famille pour les fêtes alors que c'est quelque chose que je négligeais depuis quelques années par peur d'être trop classique, voire un peu ringarde.

Je sais maintenant comment faire très bon et classique tout en restant originale grâce à la volaille Label Rouge et entre autres choses aux suprêmes de pintade.

Bavardages