Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le risotto... encore et toujours! Avec le risotto, je radote un peu, mais en même temps je trouve que c'est chaque fois un nouveau plat.

Je ne m'en lasse pas, je ne m'en lasserai jamais.

Le tout est de savoir jouer avec les saveurs, chaque risotto ou presque a son fromage, car le parmesan n'est pas le seul à faire merveille pour lier ce plat savoureux.

Le choix est grand entre les différents fromages italiens ou français doux ou forts, crémeux ou secs.

Vous pouvez même selon vos envies vous tourner vers l'edam ou le gouda ou pourquoi pas vers l'Angleterre avec ses différents cheddars.

Tout est affaire de goût et de mesure mais, pour une fois je vous déconseille nos pâtes cuites du genre emmenthal ou comté qui donne un riz avec des fils!

Pour aujourd'hui, n'étant le plus souvent pas trop adepte du fromage avec les produits de la mer, j'ai choisi une pâte douce qui ne domine pas pour laisser toute leur saveur aux coques.

Vous pouvez donner une note exotique à ce risotto en ajoutant deux pincées de curry de Madras torréfiées au moment de la liaison finale.

les coques sont assez abondantes sur les étals en ce moment, il faut en profiter.

A chaque saison ses produits et, bien que dimanche j'ai eu l'occasion de manger des fraises de jardin  absolument excellentes venant en droite ligne d'un jardin de l'île d'Oléron, en ce moment, il vaut mieux être pomme ou poire, potiron ou chou plutôt que fraise ou abricot,  poivron ou petits pois!

 

Les produits de saison sont toujours meilleurs, ne l'oubliez pas et pensez-y lorsque vous remplissez votre panier ou surtout votre caddie!

 

 

RISOTTO AUX COQUES

 

COQUES--5-.jpg

 

Facile
Préparation: 15 mn
Cuisson: 25 mn

 

Pour 6 personnes:
300 g de riz carnaroli ou arborio
1 oignon nouveau
1 c. à soupe d'huile d’olive
1 verre de vin blanc sec1 litre de coques
1 litre de bouillon de poisson ou de coquillages gardé chaud
50 g de provolone doux râpé
70 g de beurre

sel et poivre

 

Laver les coques à grande eau pour en éliminer le sable.
Les cuire rapidement dans une casserole à couvert jusqu’à ce qu’elles s’ouvrent. Filtrer le jus rendu et le réserver.

Faire fondre l’oignon dans l’huile d’olive, lorsqu'il est transparent, verser le vin blanc et poursuivre jusqu'à l'évaporation du liquide.

Avant de continuer la cuisson louche à louche avec le bouillon de poisson, mettre d'abord le jus de cuisson des coques et procéder comme d'habitude en ne rajoutant du liquide lorsque la louche précédente est évaporée.
Pendant la cuisson du riz, ôter les coques de leurs coquilles et réserver.
À la fin de la cuisson (18 mn), couper le feu et procéder à la liaison finale avec le beurre et le provolone doux en remuant vivement  et lorsque le riz est bien enrobé et crémeux, incorporer les coques (en garder quelques-unes pour décorer l’assiette) en remuant délicatement.
Assaisonner de poivre et de sel mais avec le jus des coques, ce n'est pas toujours nécessaire.
Dressage:
Dresser à l'aide d'un emporte-pièce en posant une coquille  en guise de décoration.

 

Le risotto demande un peu de présence en cuisine mais il n'est quand même pas rare que vous n'ayez rien d'autre à y faire  (vider le lave-vaisselle par exemple, ou éplcher des légumes) et au risque de me répéter, le plaisir est  à chaque fois au rendez-vous, alors, ne vous en  privez pas.

 

Si vous voulez un autre risotto, aux crevettes, c'est ici ou bien crousti-fondant, c'est là. Tous les deux sont un peu exotiques.

Entrée