Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Eh oui, on ne rentre pas indemne de 2 jours en Champagne.

Enfin moi, je ne suis pas rentrée si simplement que ça. J'ai même eu un peu de mal à atterrir.
Presque 15 jours après, j'ai toujours des étoiles et des bulles dans la tête.

Quand pendant 2 jours et demi tout le monde est aux petits soins pour vous, quand vous buvez du Champagne de vignerons à chaque instant, c'est difficile d'oublier.

Je vous ai déjà parlé d'Arnaud Lallement et de son assiette Champenoise, je vous ai aussi parlé de notre concours mais je ne vous ai pas dit que j'ai fait la connaissance d'un jeune homme charmant.

Ce jeune homme, tous ceux et celles qui regardent la télévision le connaissent, c'est Grégory Cuilleron (lauréat d'un Dîner presque parfait), mais moi, comme je ne regarde pas la télé, je ne le connaissais pas et je pense que là aussi, je suis tombée sous le charme.

Souriant, agréable, attentif, je retiens une tellement bonne image de lui que j'ai ajouté son livre dans la hotte du Père Noël et si Jaimie Oliver vient à nous, Grégory va aller rejoindre l'Angleterre via les bagages de ma fille lorsqu'elle regagnera sa patrie d'adoption.

 

GREGORY.jpg

 

Voilà donc, comment, en plus du reste, j'ai fait une bien agréable rencontre.

Mais des rencontres, il y en a eu d'autres aussi... en particulier avec des vignerons passionnés.

L'un d'eux, Yves Couvreur, faisait partie du jury et, par un hasard malicieux, nous avons découvert que sa soeur habite Bourges et que je la connais.

Nous avons aussi été visiter et déjeuner (encore un bon souvenir de mets et de vins) chez De Castelnau, coopérative viticole de champagne ou nous avons vu la face "industrielle" de ce vin, ce qui ne manque pas d'intérêt.

 

Ceci dit, si je ne devais retenir qu'un seule chose de ce dernier jour, c'est le tour dans les vignes enneigées de Roger Coulon qui a su, lors de la dégustation qui a suivi, nous faire goûter ses différentes cuvées, en expliquant à celles qui peut-être ne le savaient pas comment goûter avec justesse et pourquoi, tel champagne est plus adapté à l'apéritif ou tel autre avec un poisson ou des Saint-Jacques.

 

ROGER-COULON-TONNEAU.jpg

 

Dans une blogosphère ou souvent les auteurs avouent ne pas savoir apprécier le vin ou même ne pas en boire du tout, ce genre de visite est non seulement agréable mais en plus instructive.

Apprendre à connaître ce que l'on boît et ne pas avaler sans réfléchir permet de découvrir des sensations nouvelles et d'apprécier ce que vous buvez.

 

Et pour en finir avec ce bavardage, je vous propose quelques photos de mon marché aux truffes hier... C'était magique.

Issoudun (14000 habitants environ) est devenu pendant quelques heures une sorte de centre du monde où se pressaient les amateurs de tuber melanosporum.

 

22 kilos avaient été validés par les experts sur les 40 apportés par les producteurs.

Sentir ces champignons est un moment inoubliable, je pourrais me contenter de ça mais j'en  ai quand même rapporté deux qui vont trouver leur usage pour Noël... mais hier, dans cette petite ville de l'Indre, les trufficulteurs de l'Indre et de  la Touraine avait un peu fait de cet endroit le centre de la terre.

 

A 10 heures tapantes, la foule se presse... on photographie à l'arrache...

 

MARCHE-TRUFFE-1.jpg

 

A 10 h 01, vous essayer de saisir et de sentir quelques truffes en tendant la main...

 

MARCHE-TRUFFE-2.jpg

 

A 10 h 05, heureusement que vous en avez sauvé 2... pas trop grosses mais  superbes. Ouf!

 

MARCHE-TRUFFE-3.jpg

 

Dix minutes plus tard, il ne restait que ça!

 

A tout à l'heure sans doute pour un dessert, chocolat poivré (ou pas) et framboises, mais, en attendant, une petite huître en gelée serait la bienvenue, non?

A moins que ce ne soient des dés de foie gras qui vous fassent envie?

Bavardages