Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les années passent pour chacun(e) d’entre nous et elles sont ponctuées de choses qui reviennent à dates régulières:

Noël par exemple, ou le jour de l'an mais aussi les anniversaires, le notre et ceux de nos proches… j’adore ces rendez-vpus festifs !

Ces rendez-vous sont l’occasion de se retrouver et de partager.

 

Mais voilà que depuis l’an passé un nouveau rendez-vous s’est greffé sur mon calendrier personnel.

Le concours des Champagnes de Vignerons,  qui fait travailler un peu nos méninges !

 

Nous étions 12 au départ, puis plus que 4 à l’arrivée dans les cuisines de l’Assiette champenoise où pour la seconde fois j’ai été reçue dans un lieu de rêve.

La gagnante de cette année, je ne suis que seconde, qui concourrait pour la première fois a du aimer autant que moi je pense.

Le séjour offert aux finalistes est une occasion hors norme de faire des rencontres, des découvertes et d’enrichir nos connaissances tout en se faisant gâter.

 

Les rencontres nouvelles, c’est Sandra  et Hélène et faisant partie du jury une très belle découverte Miss Glouglou, un «lutin » séduisant en diable tant par ses connaissances que par sa vivacité et sa sensibilité.

 

Après un sympathique petit dîner près de la cathédrale de Reims  et un dodo réparateur, nous nous sommes dirigé(e)s vers le Syndicat des Champagnes de vignerons qui a la lourde tâche d’épauler dans bien de domaines (communication, comptabilité, organisation du travail etc…) ces hommes et ces femmes qui travaillent pour notre plaisir.

 

SDV-LUSTRE.jpg

 

Lustre qui nous accueille au SDV

 

Le Champagne, je vous l’ai déjà dit l’année dernière c’est du vin. Et qui dit vin dit terroir.

 

Le terroir de la Champagne est vaste, du Nord et de l’est de Reims jusqu’au sud (Bar sur Aube). Sa géologie composée de couches sédimentaires variées (calcaire, argile ou sable)  amène toute sa diversité aux trois cépages principaux.

Le chardonnay cépage blanc  apporte finesse et acidité, le pinot meunier (cépage rouge majoritaire dans la région)  donne souplesse et rondeur et enfin le pinot noir (cépage rouge aussi) grâce à ses arômes de fruits rouges développe une certaine puissance .

Sauf pour les blancs de blancs, le Champagne est un vin d’assemblage où chaque vigneron apporte son talent et sa sensibilité pour créer un vin qui lui ressemble.

 

champagne.JPG

 

À la maison, nous buvons le plus souvent ( mais pas tous les jours quand même !!!) le Champagne à l’apéritif mais comme nous l’a rappelé Geoffrey Orban, dont je vous ai déjà parlé ici, on peut faire un repas tout au Champagne.

Une des caractéristiques de ce vin est qu’il nous laisse la bouche toujours fraîche, chaque gorgée nettoie le palais.  Son acidité  est  émoustillante.

Ce dernier qualificatif a sonné tellement juste à mon oreille que je ne suis pas prête de l’oublier et que rien que le répéter me fait venir l’eau à la bouche.

 

Je vous ai condensé ce moment d’exception passé avec monsieur Orban mais, si le Champagne vous intéresse, si vous avez envie d’en savoir plus, je vous conseille de prendre rendez-vous chez Educavin, vous ne pourrez être que passionné(e))s.

 

Quoiqu’il en soit, ce séjour a encore été plus que réussi, entre le concours et la table toujours superbe chez Arnaud Lallement

 

A.L-CSJ.jpg

 

… comme ces coquilles Saint-Jacques.

 

Mais il y a eu aussi, le moment magique où nous avons assisté au dégorgement d’une bouteille à la volée.

 

Le dégorgement est une technique qui permet de chasser les impuretés contenues dans les bouteilles de Champagne après qu’elles aient été capsulées.

Avec les techniques modernes,  on pratique le dégorgement "à la glace" en plongeant l'extrémité du goulot dans un bain réfrigéré de -30°. Le glaçon qui se forme  emprisonne le dépôt.

On ôte la capsule, le gaz contenu dans la bouteille chasse le bouchon de glace,  ensuite, on ajuste la quantité de liquide en rajoutant un peu de liqueur de dosage, selon le but recherché.

 

Avant, ce dégorgement se faisait manuellement, c’est François Huré à Ludes qui nous en a fait la démonstration, j’ai été impressionnée par la précision et la beauté et la précision du geste  que vous pourrez admirer dans la vidéo qui suit.

Dans cette vidéo, c’est Benoît Tarlant, un vigneron sympathique aux faux airs de Michel Troisgros qui perpétue la tradition  et que que j’ai été ravie de rencontrer autrement que virtuellement.

 

 

.

Pour conclure, je vous propose de penser Champagne pour les fêtes, mais pas seulement, toutes les occasions sont bonnes à partager... avec modération bien sûr!

 

Je lève mon verre à vos prochaines dégustations… et aux miennes...

 

CHAMP2.jpg

 

 

Bavardages