Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le champagne, je vous l'ai déjà dit, enfant, je n'aimais pas ça... mais, j'ai bien changé.

Associé dans mon esprit à l'idée de la fête, il n'est pas rare que nous le buvions à l'apéritif. car quand je dis fête ce n'est pas forcément des Fêtes que je parle.Il y a dans nos amis quelques adeptes des bulles de cette région et je ne vois donc pas pourquoi nous nous en priverions.

En Champagne, il y a des maisons avec des noms très connus mais il y aussi beaucoup d'autres vignerons qui se sont regroupés sous le label "Champagnes de vignerons" pour avoir plus de visibilité auprès de la clientèle. 
A vous d'ouvrir l'oeil car ces bouteilles peuvent se trouver partout avec une gamme de prix variée, ce qui vous donne du choix. 

CHAMPAGNE IMAGE 

Vous ne connaissez sans doute pas  les différents cépages de cette région, mais comme il n'y en a que trois, ce n'est pas trop difficile!

Le chardonnay est un raisin blanc qui seul permet d'élaborer les champagnes blanc de blancs. 
Le pinot noir et le pinot meunier sont des raisins noirs dont le jus est blanc. Pour garder un jus non coloré (sauf pour le champagne rosé), on recueille le jus d'écoulement le plus rapidement possible. 

Pour récapituler, donc, seul le Blanc de blanc est mono cépage, les autres sont faits d'assemblages dans des proportions variables. 

Pour ne pas être trop pesante dans mes explications, je reviendrai rapidement sur les différentes cuvées pour que vous puissiez sans difficulté faire la différence entre un brut non millésimé ou une cuvée prestige par exemple. 
Ceci dit, si vous allez lire Tiuscha qui bien que ne cuisinant pas a tout suivi de son oeil de passionnée, vous en saurez tout de suite plus. 

Nous avons eu la chance, durant ces 2 jours 1/2 de rêve de vivre dans la magnifique maison gourmande d'Arnaud Lallement, ou coquilles Saint-Jacques (je me demande si ce n'était pas exprès pour moi...), crémeux de chocolat ou gnocchi à la crème de vieux comté se disputaient pour être les premiers au Panthéon des saveurs.

 

CREMEUX-CHOCO.jpg

J'en connais d'ailleurs qui ont craqué pour la guimauve aux fruits de la passion, n'est-ce pas?

 

Je vous reparlerai donc dans les jours à venir de nos dégustations de champagne et je termine juste en vous précisant que si je ne mets pas de majuscule à champagne sauf lorsque je parle de la région, ce n'est pas une faute mais simplement une règle d'orthographe.

Sinon, malgré ces jours qui ont passé comme un rêve, je suis contente d'être rentrée "at home"! Les meilleures choses ont une fin et vous savez quoi, je ne suis pas mal chez moi aussi. 
J'aime ma maison et mes habitudes, je vous fais bien remarquer que je n'ai pas dit routine. La routine, c'est le train-train quotidien qui vous ennuie et moi, je ne m'ennuie jamais.

Chaque jour qui passe m'apporte son lot de petits ou grands bonheurs. 
Que ce soit la réalisation d'un plat réussi ou de sa photo, réussie aussi, un rayon de soleil qui se montre le matin quand j'ouvre mes volets, le sourire d'une voisine ou aussi comme ces derniers jours, la neige qui blanchit les rues et les toits. 
Pourtant, pour tout vous dire, la neige, en ville, je n'aime pas trop, mais, quand on se réveille le matin et que c'est tout blanc, c'est beau, même si ça ne dure pas!    

Pour ce qui de la neige, comme beaucoup, j'ai été gâtée des jours derniers, le summum ayant été mercredi lors de l'atelier pour le Challenge comté avec les gagnantes Lucie et Pauline qui on été mes binômes mais aussi Florence, Géraldine et Laurence.

Vers l'heure du déjeuner que nous avions préparé sous la férule de David Zuddas, nous avons vu la neige commencer à tomber.

Au moment de partir de l'atelier, la rue était blanche et bien peu de voitures circulaient. Tellement peu d'ailleurs que les taxis étaient encore plus rares que d'habitude, c'est à dire inexistants.

J'ai quitté l'atelier avec mes bagages de trois jours et après quelques glissades et triple salto involontaires couronnés de chutes, je suis arrivée trempée au métro où j'ai enfin pu aller gare d'Austerlitz. 

Le train était en retard, mais ça, c'est fréquent, même sans la neige, et depuis, je suis chez moi, bien au chaud et j'apprécie, vraiment, encore un petit bonheur.

Bavardages