Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les jours passent, le printemps s'installe doucement et nous (Oilf et moi, bien sûr) en sommes déjà à notre 29 ème menu.

Je commence à voir quelques asperges s'exhiber sur les étals mais les plats d'hiver me font encore envie et après la souris d'agneau laquée d'hier, si l'entrée et le dessert sont frais, le plat piqué chez Estèbe, tout comme son slurpissime tajine quelques jours plus tard, est encore assez hivernal.

A défaut donc d'asperges, poussées on sait trop comment en Espagne, je me suis rabattue sur un légume qu'on trouve en toutes saisons: la betterave. Son accompagnement la rend toute fraîche et comme une fois de plus, tout peut-être fait à l'avance, c'est pratique.


MILLEFEUILLE DE BETTERAVE


Pour suivre cette entrée aux jolies couleurs, il fallait bien se réchauffer un peu avec un plat qui m'a fait flasher chez l'Estèbe l'autre semaine. Sa queue de bœuf au banyuls mijotée quatre plombes (pas encore testée, mais cela ne saurait tarder) a l'air tellement bonne qu'il ne faut pas louper ça.

Ca mijote et qui dit mijotage dit cuisson sans souci. Pour voir la recette de la queue de boeuf d'Estèbe, cliquer sur la photo, comme vous le faites habituellement pour mes recettes.


LA QUEUE DE BŒUF AU BANUYLS  MIJOTEE 4 PLOMBES


Pour cette queue, Olif,  le prince de la bouteille et du pastiche,nous a encore trouvé un chouette flacon. le nom de ce vinl, après mon voyage au Portugal et celui qui se profile bientôt en Italie, me fait faire un petit tour en Espagne, même si le vin est bien français.

Vous allez voir que la bouteille qu'il nous propose cette semaine n'était pas vraiment  chambrée lorsqu'il l'a photographiée… elle est sur un lit qui, pour être immaculé, ne me paraît pas très chaud.




Je me demande quand même si ces abuelos-là (grands-pères, si mes souvenirs très lointains de la langue de Cervantes sont exacts) n'ont pas un peu froid quelque part! Je leur conseille d'aller tester la grille du four comme là, si vous ne l'avez pas déjà fait.

Et pour le dessert, car toutes les bonnes choses ont une fin, voici petit verre à manger (ce qui est dedans, pas le verre bien sûr!) qui fait son petit ou grand effet.
Ce dessert tout en finesse après le plat assez costaud du Baron de Genève nous permettra de sortir de table sans lourdeur!


SOUPE D'AGRUMES A LA GELEE DE ROMARIN


En parlant d'Espagne, un peu plus haut, je dois vous dire que je rêve de fraises et de pêches et que seules, les fraises espagnoles-boules de pétanque s'offrent à moi. Alors, je résiste, car même si leur couleur est plus que tentante, je sais que le goût n'est jamais au rendez-vous. 
Entre les fraises et les asperges, vous allez croire que j'en veux à nos amis ibériques! Mais non, pas du tout, j'en veux juste à leurs légumes et fruits qui n'ont souvent aucun goût.


Je vous signale aussi que demain, vendredi, notre pasticheur préféré prend un jour d'avance sur son calendrier habituel pour nous imiter... qui? Mystère mais, n'oubliez surtout pas d'aller le lire!

Menu